• Modèle de lettre 


    Vous trouverez certainement ma lettre quelque peu surprenante,
    Mais l'attitude de cet humble cœur, est tout aussi déconcertante.

    Si vous écrire j'ose, c'est qu'en mon petit cœur... il se passe de si belles choses.
    J'ai tenté de le raisonner, par tous les moyens, rien ! il ne veut point m'écouter.
    À vous j'en fais appel, vous qui en êtes la cause... jolie frimousse au teint de rose.
    Pourquoi vous ? C'est pas d'ma faute, si ce petit cœur pour vous... bat tout doux !

    Il ne fut de plus grand plaisir à ses yeux, que vous avoir eu en sa mire et en ce lieu.
    J'en suis moi-même si désorienté, à tel point, que mon cœur pour vous a succombé !
    Il vous faudrait l'entendre battre, ce troubadour, quand il fait danser ses mots d'amour.
    J'en sais si peu sur vous, vous si peu sur nous ! mais lui pour vous... bat tout fou !

    J'ai tout tenté... tout essayé... mais rien n'y fait !
    C'est pas d'ma faute à moi, si mon cœur tout en émoi,
    Bat tout fou... bat tout doux... rien que pour vous !

    Que fais-je ?

    Maxalexis.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La lettre de déclaration d'amour.

    Son prénom


    Dans ce paradis qu'est la vie, hier, une fleur en beauté m'a ébloui !
    Au cœur d'un jardin ravissant, ce fut une fleur aux belles couleurs,
    D'une robe velours, d'un parfum séduisant, une rose belle-de-jour,
    Une fleur qui vous embaume de son odeur et de son si bel arôme.

    Il fut un regard d'homme ému, qu'en cet instant que le mien eut,
    D'avoir vu en ces heures dorées, vu cette fleur d'une si belle clarté,
    Se poser sur mon âme à en faire chanceler d'émotion toute ma raison
    Et de ses charmes innés, homme que je suis, ne pouvoir y résister. Ô pardon !

    Depuis, un tendre sentiment parcours tout mon être en son unique pensée,
    Comme un si doux moment, enrobé de miel que l'on désire voir éternel,
    Je songe sans cesse, à cette fleur et en sa beauté ô combien si naturelle,
    Et j'avoue aujourd'hui, me perdre bien volontiers en elle et en ce jour béni.

    Cette fleur avait un nom... au parfum enivrant,
    Qui porte ton prénom... ô combien si charmant.


    Maxalexis.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Les lettres d'amour.

    L'an 1834.



    J'étais au désespoir. Enfin j'ai reçu ta lettre de Genève.
    Oh ! que je t'en remercie mon enfant ! Qu'elle est bonne et qu'elle m'a fait du bien.
    Est-ce bien vrai que tu n'es pas malade, que tu es fort, que tu ne souffres pas ?
    Je crains toujours que par affection, tu ne m'exagères cette bonne santé.
    Oh ! que dieu te la donne et te la conserve ! mon cher petit.
    Cela est aussi nécessaire à ma vie désormais que ton amitié.
    Sans l'une ou sans l'autre, je ne puis espérer un seul beau jour pour moi.
    Ne crois pas, ne crois pas, Alfred, que je puisse être heureuse avec la pensée d'avoir perdu ton cœur.
    Que j'aie été ta maîtresse ou ta mère, peu importe.
    Que je t'aie inspiré de l'amour ou de l'amitié ; que j'aie été heureuse ou malheureuse avec toi,
    tout cela ne change rien à l'état de mon âme à présent.

    Je sais que je t'aime et c'est tout...


    George Sand.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • La lettre d'amour

    T'ais-je raconté cette belle et merveilleuse histoire qui m'est arrivée un beau soir d'été ?
    Non ! Alors, je m'en vais te la conter.

    Suite à une belle journée ensoleillée, un beau soir sous un ciel étoilé,
    Une seule étoile, parmi tant d'autres, de son bel éclat brillait.

    Cette étoile, dite filante, soudain se mit à dessiner de jolis petits cœurs si raffinés.
    C'était délicieux, elle prenait un plaisir fou à égayer ce beau ciel d'été,
    Ou je pouvais, seul, contempler ce ballet d'une étoile enchantée.

    Serait-ce le début d'une histoire de cœurs ?

    J'étais impatient de connaître sa réelle intention, et la signification d'un tel concert !
    Voilà que mon étoile se mit à dessiner un gros cœur... puis un deuxième !
    Deux beaux cœurs qui s'enlaçaient amoureusement, si près l'un de l'autre, c'était émouvant !
    Un amour des plus beaux jours, tels deux amoureux sous un clair de lune somptueux.

    Stupéfait, je m'exclamais à ma bonne étoile :
    Il n'est de plus bel instant quand je vous vois paraître,
    Ô merveilleuse étoile, que vous me faites renaître.
    De vos si beaux dessins je vous envie ! mais pourquoi ceci ?


    D'un sourire si complice, elle me répondit :
    Je suis certes votre belle étoile filante,
    Mais quand j'apparais à vos si beaux yeux,
    Vous devez, mon cher, faire un joli vœu !


    Et là ! Tu ne devineras jamais !
    Elle exauça mon seul et unique souhait,
    Inscrit sous les deux cœurs amoureux,
    Ces deux prénoms si merveilleux,
    Que je ne puisse un jour oublier !

    Le tien... et le mien.


    Maxalexis.
    Les droits d'auteur.
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique