• Quand la paix envahit mon âme

    Quand la paix envahit mon âme...

    De mes livres rangés qui confondent leurs titres,
    Mes yeux vont s'échapper à travers les vitres,
    Vers les rosiers dénudés sur un ciel trop gris,
    Dans ce jardin abstrait que je peins aujourd'hui.

    Que de murs sans soleil, que de toits sans fumée!

    Mais l'hiver n'a rien d'une saison déprimée,
    Branchages nus, maisons closes trop vite le soir,
    Renoncement qui doit anticiper l'espoir.

    Je vois bien que l'ennui à pas feutrés s'avance

    Prêt à combler son vide, ignorant ma présence,
    Il y a bien des matins ensoleillés d'hiver,
    Je ne souviens plus du dernier, est-ce hier?

    Déjà nous voyons mes narcisses éclore ,

    Peuvent-ils s'accommoder d'un ciel incolore?
    Qui aujourd'hui ne demande rien? Mais demain!
    Un ange souffle sur moi, est-ce pour mon bien?

    Aussitôt j'analyse le mot "ataraxie"

    L'heure a du s'arrêter quelque part aujourd'hui,
    Puisque que le jour s'allonge sur mon petit jardin,
    Si peu sûr de lui-même en cet air citadin.

    Illusoire, mais non!  Ceci n'a rien d'un rêve,

    Il ne doit pas s'endormir, faire une trêve,
    Mon jardin a-t-il oublié qu'il est en l'hiver,
    En se dépouillant de son vêtement de chair?

    S'il sommeille, je suis calme, on se repose,

    L'amandier fleurit dans un ciel gris, tout rose,
    Que d'herbes folles poussent autour du banc,
    Où je viens m'asseoir en attendant le printemps.

    TIMILO

    https://zitop.blogspot.com

    « Un peu de printempsElle avait pris ce pli-pps- »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :