• Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Quand vous serez bien vieille-Ronsard-

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Douleur intime-Thierry Cabot

    Douleur intime-Thierry Cabot

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    La nuit maudite-Poème-

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Seul dans mes appartements
    J'accueille ces quelques moments
    Où le temps semble s'arrêter
    Pour ouvrir les portes de ma liberté
    Je regarde par la fenêtre
    Comme si j'attendais quelqu'un
    En réalisant que je ne voudrais surtout pas
    Qu'on m'enlève ce temps à moi 
    À mes sources, je veux retourner
    J'ai la tête pleine d'idées
    J'expire, me détends et prends conscience
    Que ma vie est remplie de belles expériences
    Chacune d'elles est comme une visite
    Sur une facette de l'âme qui m'habite
    Je ne vois plus les jours comme des défis
    Mais des occasions pour moi d'apprécier la vie
    Parfois je panique
    Incapable d'accueillir cette solitude qui me pique
    J'ai soudain cette envie d'être avec quelqu'un
    Malgré cela je décide de rester un
    J'apprends à m'apprivoiser en ces temps esseulés
    Pour mieux apparaître lorsque je renaîtrai
    Du silence que la vie m'a confié pour écouter cette voix intérieure que j'avais oubliée.

                                                                          Claude d'Astous

     

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Le bonheur 

    Dis pépé, c'est quoi le bonheur ?

    Le bonheur mon enfant, c'est d'avoir des yeux,
    Même en vitrine, sous d'horribles lorgnons.
    Pouvoir observer, sur la fleur, un bourdon
    Gorgé de nectar, s'arracher vers les cieux.

    Le bonheur, mon petit, c'est d'être fasciné
    Par une perle de rosée, courant sur le fil de la vierge,
    Dans une aube radieuse au soleil qui émerge,
    Cordiale promesse d'une belle journée.

    Le bonheur, tu sais, c'est pouvoir admirer,
    Dans l'azur doré d'un printemps qui s'éveille,
    Un magnifique rapace qui, de là-haut, surveille
    Le lapereau étourdi qui a quitté son terrier.

    Le bonheur, mon garçon, c'est pouvoir arpenter
    La garrigue provençale, ta main dans la mienne :
    Balade matinale, avant que ne survienne
    Le vent brûlant, au zénith de juillet.

    Le bonheur, mon enfant, c'est quand la pluie est tombée
    Et fait que la terre craquelée et agonisante,
    Exhale soudain une odeur douce et enivrante,
    Pour remercier le ciel de la bienfaisante ondée.

    Le bonheur, vois-tu, c'est, quand finit l'été,
    Cueillir une pomme au sein du verger familial,
    L'essuyer sur sa blouse, d'un geste machinal,
    Puis mordre à belles dents, dans sa chair sucrée.

    Le bonheur, tu sais, il se trouve n'importe où :
    Se coucher dans le pré, écouter chanter l'herbe,
    Le souffle du Mistral dans le chêne superbe,
    Le murmure du ruisseau, polissant ses cailloux...

    Je te souhaite des choses pures, du bonheur !
    Point n'est besoin d'honneurs et de richesses.
    Qu'un avenir utopique, et de folles promesses,
    Ne puissent jamais, ô jamais ! endurcir ton coeur.

    Pierre Clérico 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique