• Débarquement

     

    -:-:-:-:-:-:-:-

     

    Omaha

    Le marbre d’Italie, couvre mes petits frères
    Ils sont morts au combat, des années en arrière
    Leur vie s’est arrêtée, ce maudit jour de juin
    C’était la deuxième guerre, et c’est déjà bien loin.

    Jeunesse vertueuse sacrifiant son destin
    Jeunesse courageuse venue tendre la main
    Au continent soumis brisé par la folie
    Au continent meurtri par autant de mépris.

    Des milliers de soldats, armada incroyable
    Pour partir à l’assaut de ce mur imprenable
    Mais on le savait bien, sur cette plage immense
    Premières lignes exposées avaient bien peu de chance

    Sur la plage d’Omaha votre rêve s’est brisé
    Alors mes petits frères qui n’avez plus de mère
    Chaque fois que je viens, fouler ce cimetière
    Retrouvez son amour dans mes yeux embués.

    Danielle de Cacqueray-Sevestre

     

    -:-:-:-:-:-:-:-

     

    Le baiser de la terre

    L’averse fond du sud ouest comme un avion.
    La lumière vire, le monde chavire, les couleurs changent.
    Tout devient gris puis cendre puis suie
    Alors l’averse balaie le champ de bataille
    Déversant du ciel une eau sans couleur
    Violente amante de la terre normande
    Elle courbe les arbres du parc et fourbit
    Ses armes aux falaises de grès
    Comme pour toujours plus profondément
    Laver tout ce sang versé sur la lande.

    Souffle et tourbillons parmi neuf mille sépultures
    Comme neuf mille fleurs sous la neige
    Les vivants eux-mêmes ensevelis
    Sous l’orage et sous l’ennui.
    Le vacarme des armes n’est plus qu’un fantôme
    Qui plane sur la pelouse, déversant des larmes
    De cristal et de métal sur les jours
    Les heures et les ans. Le printemps des combattants
    Ne connaîtra pas d’automne ni d’hiver
    Puisqu’il faut mourir par un beau soir de juin
    Et embrasser la terre qui donne le lait
    Le lait de la victoire, si belle, si loin
    Des grandes plaines et de l’amour dans les foins
    Du miel aux commissures des lèvres
    Et des claquettes de Fred Astaire.

    Alain David

     

    -:-:-:-:-:-:-:-

     

    Victoire

    Sonnez, sonnez, les Cloches de la Victoire
    Bribes d’émotion superbe, de Paix et de Gloire.

    S’ouvre l’Histoire aux confins d’un sanglant passé,
    Et surgit le cortège, en ordre dispersé,
    Des Lieux, du Temps, bruits d’épées, bombardements,
    Ils furent tous si beaux bébés et trop courts moments.
    Ciel et mer confondus, lieu de leur sacrifice,
    Ils sont là au point brûlant, sublime Calice
    De nos souvenirs de profonde Admiration,
    Interdit du retour de l’abomination.

    Marie-Jeanne Edel

     

     -:-:-:-:-:-:-:-

     

    Une si jolie plage

    Sur une plage de Normandie, où je m’étais assoupi, la tête contre la sol, les galets m’ont raconté :

    C’est sur ces rivages détrempés d’averses, par un jour du mois de juin, que nous avons vu surgir des barges dans la brume du petit matin.

    En face, habillés d’autres uniformes, nous avons surpris l’agitation. Des hommes allaient mourir en masse pour la folie d’un dictateur, avide de pouvoir et de révolution.

    Sous une pluie de flammes, perdus dans la bagarre, les rescapés des premières vagues, épargnés par la mitraille, sur nous se sont couchés, priant pour que cela cesse, cherchant dans ce brouillard de guerre la silhouette de leurs amis tombés.

    Le sang de tous ces braves sur nous s’est répandu, imprégnant nos plages profondément. Ces jeunes gens venus d’ailleurs, jamais n’accompliraient leurs rêves d’adolescent, à tout jamais effacés.

    Quand le fruit de la violence fut consommé, il ne restait sur nous que des cadavres que l’on avait alignés comme des points comptés, pour afficher le résultat d’une journée d’enfer que seul les livres ont conservé.

    La mer, depuis, a nettoyé les plages, mais dans le sol, enfoui profondément, il y a encore des armes qui attendent les mains de leurs garçons. Ceux-ci reposent en terre de France, sur une pelouse de commémoration couverte de la bannière étoilée sous laquelle ils sont nés.

    Ni les orages, ni les ressacs, n’ont pu effacer les cicatrices que les plages portent à jamais comme un éternel supplice. Nous avons deviné ces mères, qui longtemps on pleuré leurs enfants, leurs maris, morts au nom de la liberté.

    Que reste-il dans vos mémoires de ce lourd tribut payé ? Si vous jouissez aujourd’hui encore du droit d’être libre, c’est grâce à tous ces valeureux soldats venus vous délivrer de l’infamie d’un être que la terre n’aurait jamais du porter.

    Les yeux ouverts dans les étoiles, dans la nuit fraîchement tombée, je me suis relevé, regardant la plage paisible et calme. Bien des questions je me suis posées.

    Rien ne justifie pareil acte de barbarie, ni territoire ni religion, nous n’avons pas tiré d’enseignements de toutes ces vies sacrifiées sur l’autel de la bêtise, que l’homme manie pour dessiner à sa guise les frontières de son insatisfaction.

    Armand Voss

     

     

    « cartes postalesfleurs-pps- »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :