• Amitié

    Aux amis d'enfance.

    Recueil : La part du rêve (1863)

    Le temps fuit et la vie est brève,
    Cependant trop riche en douleurs.
    Vite, avant qu'elle ne s'achève
    Pour nos amis cueillons des fleurs.

    D'autres à leur lèvre altérée,
    Présenteront vinaigre et fiel ;
    Composons à nos amis avec du miel
    Une boisson pure et dorée.

    Oui, quand on les attriste ailleurs,
    Efforçons-nous de leur sourire ;
    Qu'auprès de nous nos amis puissent dire
    Qu'ils sont plus joyeux et meilleurs.


    Henri-Frédéric Amiel
     

    L'amitié est le vrai bien du sage.

    Recueil : Poésies et romances (1782)

    L'amitié seule est le vrai bien du sage,
    L'amour trompeur,
    Par l'ombre du bonheur
    Dupe souvent le coeur :
    L'amant le moins volage
    Dit aux pieds de l'Iris,
    Dont ses yeux sont épris,
    L'amitié seule est le vrai bien du sage.

    Souvent l'amour nous conduit au naufrage
    Un calme heureux,
    D'abord comble nos vœux :
    Mais bientôt dans les cieux
    Se forme un noir orage :
    Le plaisir disparaît,
    Arrive le regret ;
    L'amitié seule est le vrai bien du sage.

    Que l'amitié soit donc notre partage ;
    Dans son lien
    Notre cœur sera bien ;
    Nous ne craindrons plus rien :
    Par un rare assemblage
    Nous verrons le plaisir
    Naître au sein du désir :
    L'amitié seule est le vrai bien du sage.

    L'amour est fait pour le printemps de l'âge
    C'est une fleur,
    Mais qui perd sa couleur,
    Dès qu'écartant l'erreur
    La raison l'envisage ;
    Le cœur longtemps dupé,
    Reconnaît qu'il est trompé ;
    L'amitié seule est le vrai bien du sage.

    L'amitié donne un paisible ombrage
    Toujours en paix
    Sous son feuillage épais,
    De l'aquilon jamais
    On ne craint le ravage :
    Ses rameaux toujours verts
    Affrontent les hivers ;
    L'amitié seule est le vrai bien du sage.

    Que l'amitié chez nous soit l'apanage
    Du sentiment.
    Quand le coeur est constant,
    Son lustre est plus brillant,
    Rien n'en ternit l'image :
    Aucun masque imposteur
    Ne rend son air trompeur ;
    L'amitié seule est le vrai bien du sage.


    Jean-Louis Bridel.
     
    « Désert du SinaiBelle mariée »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    4
    Lundi 19 Mars 2018 à 16:39

    très jolis poèmes je ne connaissais pas merci

      • Mardi 3 Avril 2018 à 15:10

        Bonjour et merci pour le petit commentaire. C'est toujours agréable à lire

        Je vous réponds un peu tardivement mais j'étais absente

        depuis deux semaines. Je vous prie de m'excuser

        amicalement

        arlette

    3
    Lundi 1er Janvier 2018 à 09:39

    très beau poème

    Image associée

      • Mardi 3 Avril 2018 à 15:07

        Bonjour et merci

        Je suis rentrée hier soir et je suis de nouveau en panne de mon ordi fixe.

        Je te téléphonerai dans la semaine.

        bisous

        arlette

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :